La chronique du Professeur SHADOKO.

C'était il y a très, très, très longtemps, en ce temps-là il y avait le Ciel. Au milieu du Ciel, il y avait la Terre qui était ronde et qui tournait. A gauche du Ciel il y avait la Planète Shadok. Elle n'avait pas de forme spéciale...
ou plutôt.....elle changeait de forme, ce qui était très inconfortable pour les Shadoks qui y habitaient.
Ils ne savaient plus quels étaient les escaliers qui montaient et ceux qui descendaient sauf quand c'était expressément écrit dessus.

Alors il arrivait souvent qu'avec un escalier prévu pour la montée on réussisse à monter plus bas qu'on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente.
De même, quand ils montaient un escalier, ils n'étaient jamais sûrs d'arriver en haut.

Ce qui nuisait considérablement au développement normal de leur intelligence, d'autant plus que leur cerveau ne possédait que quatre cases. Si bien que lorsqu'il avaient appris quatre mots (par exemple GA, BU, ZO et MEU), ils en oubliaient forcément un pour en apprendre un nouveau . Par conséquent, leur logique ne reposait pas sur des bases solides, et se bornait à deux principes :

     1. Premier principe de la logique Shadok : Pourquoi faire simple, alors que l'on peut faire compliqué.

     2. Second principe : Plus ça rate, et plus on a de chances que ça marche.
Par exemple : Leur fusée n'était pas très au point mais ils avaient calculé qu'elle avait une chance sur un million de marcher, ils se dépêchaient donc de bien rater les 999 999 premiers essais pour être sûrs que le millionième marche.

De ces deux principes, découlaient de nombreuses conséquences aussi catastrophiques les unes que les autres ... !
Pomper, pour les Shadoks, à la longue, c'était devenu une habitude.....C'est à la pompe, en effet, que la plupart de leurs travaux s'effectuaient...ou ne s'effectuaient pas. Quand les Shadoks se trouvaient devant un grave problème et qu'ils ne voyaient pas très bien comment faire, et bien ils pompaient.
Ils avaient de grosses pompes pour les gros problèmes et des petites pompes pour les petits problèmes.Ils
avaient mis au point des pompes spéciales pour les cas où il n'y avait pas de problème du tout. Pour ceux de nos lecteurs que la Technique intéresse, disons que quand on pompait avec ça....non seulement il ne se passait rien comme avec une pompe Shadok ordinaire, mais plus on pompait et plus il n'y avait rien qui se passait.... C'était quand même une sécurité....

Jacques ROUXEL.

 

 

Cliquer pour agrandir

shadok11.jpg (30670 octets)

shadok12.jpg (20953 octets)

shadok2.jpg (15174 octets) shadok8.jpg (15901 octets) shadok30.JPG (8414 octets)
shadok5.jpg (16335 octets) shadok6.jpg (20892 octets) shadok4.jpg (22776 octets) att4.jpg (24935 octets) shadok31.JPG (10057 octets)
shadok24.jpg (24150 octets) shadok23.jpg (11135 octets) Shad10.jpg (27815 octets) Shad20.jpg (27380 octets) shad70.jpg (28115 octets) shadok7.jpg (14665 octets) shadok16.jpg (30128 octets)
shadok14.jpg (24774 octets) shadok19.jpg (23970 octets) shadok32.JPG (16993 octets) shadok33.JPG (15533 octets) shadok21.jpg (13556 octets) shadok003.jpg (15851 octets) Mathématiques
Shadok

Si vous en avez d'autres, écrivez-moi : Joël Voyenne
Pour parfaire votre culture : http://leocat.free.fr/shadok/index.php

A lire absolument : rencontre avec le Professeur SHADOKO, c'est ICI

Retour accueil